Une musique
qui fait du bien
à l'âme
Mon témoignage

Je suis née au Québec (Canada). Très tôt, ma vie fut marquée par des abus sexuels. Dès lors, je me suis réfugiée dans le silence.

À l’âge de 12 ans, j’ai commencé à jouer de la flûte traversière. La musique m’a alors donné une raison de vivre et je chérissais déjà le désir de devenir concertiste. J’ai donc poursuivi mes études jusqu’à l’université et, lors de mes études de baccalauréat, un problème majeur à la mâchoire s’est manifesté : j’ai dû tout arrêter. Ce problème m’empêchant complètement de jouer, mon rêve s’est écroulé.

À ce moment, j’avais déjà d’importants troubles de comportement tels que la dépendance affective et les dépendances à l’alcool et à la drogue. Je souffrais de sentiments de culpabilité, de honte, de colère et de haine. L’estime de moi était détruite et je voulais mourir.

Ensuite, deux enfants sont nés. Puis vient la séparation d’avec leur père et la descente en chute libre. Je cherchais alors désespérément à être aimée et je tombais dans les bras de quiconque me disait « Je t’aime ».

L'un de ces hommes a vécu avec moi pendant 10 ans; le quotidien était très difficile et menacant pour mes enfants et moi et j'étais incapable de quitter parce que j'avais très peur. Mon 3e enfant est né après seulement 6 mois de grossesse.

Un an plus tard, le père de mes 2 premiers enfants mourait subitement. D'autre part, la tension augmentait sans cesse à la maison. J'étais terrorisée et toutes mes tentatives pour quitter échouaient.

Un soir, j’ai criée à Dieu : « Si tu existes, sors-moi de cette maison parce que j’en suis incapable. » Trois semaines plus tard, ma maison brûlait. Mes enfants étaient seuls à la maison et quand je suis arrivée, le feu était éteint. Les pompiers et policiers étaient toujours présents. Mon fils ainé était en état de choc. Ma fille avait les mains coupées parce qu’elle a dû briser une fenêtre pour ne pas mourir. Quant à mon fils cadet de 3 ans, il était manquant. Il était encore dans la maison. Les pompiers l’ont trouvé alors qu’il n’avait plus aucun signe de vie. Il est demeuré 4 jours entre la vie et la mort, puis un mois aux soins intensifs. Par miracle, il n’a eu aucune séquelle. Les mains de ma fille se sont cicatrisées avec le temps. Mon fils ainé s’est difficilement remis de ces épreuves. Il a laissé l’école, puis il a commencé à vivre un peu partout chez des amis, puis dans la rue. Il est devenu itinérant. Cela a duré environ 6 ans.

Ma fille s’est révoltée et elle s’est mise à boire de l’alcool et à consommer de la drogue. Après les drogues douces, elle est vite passée aux drogues fortes comme la cocaïne et l’héroïne. Elle me détestait et ne pouvait plus supporter ma présence auprès d’elle.

Un jour, j’ai rencontrée une dame et une amitié est née. Elle m’a parlé de sa foi, de Jésus et je l’ai écoutée attentivement. Un matin, elle est venue me voir alors que ma vie allait très mal. Je ne voulais plus que mourir pour que ma vie et mes problèmes finissent. Elle a vu que ca n’allait pas et je lui ai raconté ma vie.

J’ai été touchée parce qu’elle ne me jugeait pas et que, au contraire, je ressentais de l’amour de sa part. Elle m’a alors parlé de Dieu. Je lui ai dit alors que Dieu ne me connaissait pas, ou que s’il me connaissait, il m’avait oubliée depuis très longtemps. Elle m’a donc invitée à son église. J’ai décidé d’y aller; c’était un dimanche de Pâques. Lorsque les chants et la musique ont commencés, c’est comme si un éclair était tombé sur moi. Je me suis alors mise à pleurer et je n’arrêtais plus. Le pasteur a parlé de Jésus, de qui il est, et à la fin, il a fait une prière. Dans cette prière, il a dit à Dieu : « Que ton Esprit témoigne à mon esprit que je suis un enfant de Dieu ». Je voulais ca plus que tout au monde. Dès lors, ma vie n’a plus jamais été la même.

Je suis donc retournée à l’église dimanche après dimanche. Malgré les circonstances de ma vie, une joie et une paix ont pris place. Jésus m’a libérée de mes dépendances et il a entreprit une œuvre de guérison et de restauration qui a cicatrisé les blessures du passé. Un processus de pardon a également prit naissance.

Pendant les chants, j’entendais la flûte dans ma tête et je disais au Seigneur : « Non je ne veux pas jouer de la flûte, de toute manière, tu sais que je ne suis plus capable ». Mais je ne cessais pas de l’entendre. Alors, j’ai fini par dire oui à Jésus et je lui ai dit : « OK Seigneur, pour toi, je vais le faire ». J’ai donc repris ma flûte, 15 ans après avoir cessé de jouer.

Un jour, j’ai proposé à ma fille de participer à une retraite des jeunes de l’église : elle a été touchée aussi puissamment que moi. À son retour, elle a entrepris le processus de désintoxication. Jour après jour, elle est demeurée dans sa chambre avec Jésus. Il l’a complètement libéré des problèmes de consommation. Aujourd’hui, elle joue du piano pour le Seigneur et ensemble, nous donnons des concerts et témoignages. Elle termine présentement un baccalauréat en criminologie.

Mon fils ainé a repris contact avec la famille et a commencé à fréquenter l’église. Il a loué un petit appartement et il a terminé ses études secondaires et collégiales en 2 ans et demi. De l’itinérance, doublé de problèmes graves d’alcoolisme et de toxicomanie, il est aujourd’hui étudiant à l’université en littérature et il est totalement sobre.

Mon fils cadet est un bel adolescent, qui suit les pas de Jésus et il joue de la clarinette.

Et le 28 octobre 2006, le Seigneur me comble au-delà de toutes mes attentes en me donnant un merveilleux mari.

Aujourd’hui, malgré un problème de mâchoire qui est toujours présent, je joue pour le Seigneur : je joue également pour donner espoir à ceux qui n’en ont plus. Le témoignage de ma vie confirme que seul Jésus peut prendre des vies brisées et les restaurer complètement. S’Il l’a fait pour moi, pour mon mari et pour mes enfants, il peut et il veut également le faire pour chaque personne qui ne le connaisse pas encore.

Par sa mort et sa résurrection, Jésus a ouvert pour nous le chemin qui nous redonne accès à Dieu le Père. Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » Jean 14 :6
« Chercher premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par dessus. » Matthieu 6 :33
« La volonté de mon Père est que quiconque voit le Fils et croit en Lui ait la vie éternelle. » Jean 6 :40
« Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Matthieu 28 :20

Jésus est vivant !

La Bible dit: « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé toi et ta famille. » Actes 16 :31 « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il aie la vie éternelle. » Jean 3 :16

Dieu veut t’appeler « mon enfant » et pour cela, Il te dit : « Crois en mon fils Jésus. C’est le don gratuit que je te fais parce que je t’aime. »

Si ce témoignage a touchée ton cœur, click Connaître Jésus.